Les chroniques d'Esméralda

17. Une année sans Histoire

Godmanchester, le 20 novembre 2006.


Les peuples heureux, dit-on, n'ont pas d'Histoire. Heureusement, ils ont des anecdotes.


Du côté des chèvres


Les gens et les bêtes de la Maison Bleue se portent bien. Tout l'été, huit bêtes broutaient dans l'enclos électrique: Esméralda, Molly, leurs quatre chevreaux, l'agneau Tim-Oré et puis Coco le bouc qui était maintenant une bête énorme.

Il a fallu aménager un clos séparé pour le bouc, car il aurait bien voulu répéter ses exploits reproductifs sans même attendre le sevrage des petits.




Mon troupeau à l'été 2006. Acrylique.



Mon occupation principale, cet été, consistait donc à défaire les clôtures électriques pour les remonter un peu plus loin, à mesure que les bêtes rasaient l'herbe.

Heureusement, mon voisin m'offrait d'exploiter aussi le lopin herbeux autour de sa grange qui jouxte notre terrain. Matin et soir donc, il y a transhumance du troupeau entre l'étable et les pâturages éloignés ou vice-versa.


France marche devant, portant bien haut l'irrésistible plat de moulée. Je ferme la marche avec une branche de bouleau pour aiguillonner les retardataires. Tous les hôtes de la maison sont invités à se joindre pour grossir le troupeau. Le pauvre bouc, enfermé à l'autre extrémité du terrain, bêlera son ennui jusqu'au soir.

Les chevreaux sont de magnifiques acrobates et des compagnons de jeux sans pareil.




Les aventures de Bubi

Bubi
le chien poursuit son apprentissage de la vie. Par deux fois, il a fait la rencontre de la mouffette, qui vient roder autour du tas de compost, en arrière du poulailler. Une nuit, le chien s'agite et manifeste qu'il veut sortir. Croyant à un besoin naturel urgent, France lui ouvre la porte. Il fonce dans l'obscurité et revient mine de rien, copieusement arrosé par la bête puante. Il a fallu lui donner un bain en pleine nuit, tandis que moi je ne me rendais compte de rien, puisque je dormais... comme un loir! Quelques semaines plus tard, il récidive. Pas question qu'il s'efface devant les intrus sur son territoire!

Un soir, c'est moi qui me trouve face à face avec la mouffette, alors que je m'en allais fermer le poulailler pour la nuit. Elle m'a regardé tranquillement puis s'en est allée paresseusement, sans plus de dégâts. J'aurai donc évité le légendaire bain au jus de tomates.

Bubi
poursuit aussi son exploration dans le monde des chats, avec son amie Lucycat qu'il bardasse volontiers comme si c'était un ourson en peluche - et qui se laisse faire aussi volontiers.

Lucycat lui apporte fréquemment en offrande les souris qu'elle a capturées, tout comme elle le fait avec nous ou avec Monminou le matou. L'autre jour, j'ai assisté à un jeu étrange, où la chatte enseignait à Bubi comment on joue avec une souris. De la patte elle taquinait sa proie à moitié morte, puis se retirait pour laisser champ libre au chien, attendant qu'il en fasse autant. Le jeu a duré quelque temps, soit ce qu'il fallait pour que je prenne quelques photos.

Qu'on ne me parle plus de deux personnes qui s'entendent comme chien et chat!



Les fruits de la terre


Au détour de l'été vient le temps des récoltes. Le potager de France nous a apporté des fruits et légumes en abondance. La récolte de courges est à nouveau spectaculaire: citrouilles, courges spaghetti, courges musquées et autres cucurbites plus ou moins identifiables, rien que pour la photo ça vaut la peine! (Le secret de la réussite? - semer directement dans le tas de fumier!)




Et puis il a fallu se résoudre à de grandes décisions de restructuration du troupeau, gérer la décroissance en vue du séjour des bêtes dans l'espace réduit des quartiers d'hiver.

Les trois petits boucs ont été menés à l'abattoir à Saint-Louis-de-Gonzague, avant qu'ils ne deviennent trop coriaces et trop puants pour la consommation humaine ou trop entreprenants et batailleurs pour co-exister à plusieurs mâles dans le même troupeau. C'était un peu triste, mais autant ils sont charmants les premiers mois, autant ils risquent de devenir invivables plus tard. Une tentative de les envoyer sous la garde de leur père fut brève: il a fallu les mettre d'urgence à l'abri contre les instincts d'exclusivité du bouc adulte. Le papa bouc lui-même a été vendu, car il devenanait incontrôlable dans les élans et les exigences de son affection à notre égard et puis nous ne projetons pas d'autres naissances dans un avenir rapproché. J'espère qu'il aura une belle vie là où il se trouve. Le troupeau est maintenant réduit à quatre bêtes, bientôt trois quand l'agneau aura pris le chemin de l'abattoir à son tour, ce qui ne devrait pas tarder.

D'autres mesures draconiennes se sont imposées du côté des poules pondeuses. Les nouvelles poulettes de l'année, qui vivaient séparées dans le poulailler extérieur, se seraient fait massacrer par leurs aînées si on les avait tout simplement réunies dans le poulailler d'hiver. Il a donc fallu sortir la hache, le chaudron d'eau chaude et le couteau à éviscérer pour se mettre quelques vieilles poules à bouillon au congélateur. Pour les survivantes, heureusement, on peut maintenant ouvrir le portillon du poulailler et leur permettre d'errer librement sur le terrain, puisque la grippe aviaire semble avoir rejoint la cohorte des nouvelles périmées. On leur a même ouvert l'accès au potager, qui a été vidé, où elles se bourrent de gros vers de terre en abondance. Ça va faire des oeufs riches en oméga-3!


Le monde des arts

Neiges V - monotype, 2005.
(Salle A.-Langevin: Paysages du Haut St-Laurent, 5 au 25 novembre 2006)


Ce fut une belle année pour les arts aussi:
symposium de peinture à la Maison Bleue avec les amis, ateliers de modelage et de sculpture, Journées de la Culture, exposition d'estampes à la salle Alfred-Langevin, participation à la vente bénéfice pour la Maison l'Escargot. Il y a eu de quoi combler l'artiste.

Célébrons la beauté du monde, pendant qu'elle dure encore!


Meilleurs voeux à vous tous!

François.

.
 

Retour au début
des chroniques


François Belpaire,
artiste peintre, graveur
, auteur
(retour à la page d'accueil)

Suite des
chroniques d'Esméralda